Sans titre 2

Family Handersen Part 2

Comme promis, voici la suite ! Vous pouvez trouver la première partie sur ce lien :

http://diarypullip.canalblog.com/archives/2017/12/03/35923047.html

Aujourd'hui ce n'est pas les pensées de Griffith qui seront à l'honneur, mais celles de sa petite soeur Paige, avec qui il a pour habitude de tout partager ♥ Dans cette mise en scène, nous nous trouvons dans le boudoir de la demoiselle, jeune lady de 15 ans, l'univers est légèrement différent. Mais ne vous laissez pas prendre par cette jolie frimousse digne de la plus grande finauderie. Douée aux jeux, elle et Griffith peuvent passer des heures au coin du feu à jouer aux cartes et échecs. Ainsi, je vous laisse découvrir cette partie !

*

Du haut de mes quinze années, je suis loin d'être dupe. Et les jeux d'échecs et cartes m'auront vite formée à la stratégie. Je dois cela à père, sans conteste. Et là, je dois savoir... Il faut que Griffith me suive dans ma chambre, là-bas je pourrais comprendre ce qu'il cherchait dans le boudoir de Maman... Il cache quelque chose et je déteste lorsqu'il ne me met pas dans la confidence, surtout sous prétexte de me protéger d'un quelqconque scandale... Nous représentons beaucoup l'un pour l'autre et ces derniers temps, je sens bien qu'il est tourmenté.

Je me décide à le pousser de toutes mes forces et sous mes gesticulations, Griffith capitule en se dirigeant d'un pas lassé vers ma chambre. Nous y voilà.

1

Ainsi, je lui proposes une partie d'échecs...un duel tout ce qu'il y a de plus franc, il accepte avec malgré tout une certaine nervosité...Il faut que je sache, qu'il partage son poids, que je gagne...

2

Après une rude bataille où chaque est placé avec minutie et stratégie... Je gagne... Avec père cela est toujours une chose ardue, mais avec Griffith je sens bien que le jeu était en ma faveur. Ses décisions étaient rapides, ses gestes incertains et sa stratégie trop visible. J'ai donc gagné !

3

Je voudrais crier ma joie et laisser libre cours à mon corps d'exprimer pleinement ce ressenti... Mais en voyant le regard fuyant de Griffith et les jointures blanches de ses mains, je m'abstiens. La curiosité est un sentiment si peu digne chez une demoiselle me rappelle constamment ma mère, pourtant c'est un trait si fort de ma personnalité... Je m'assois donc près de Griffith, en tachant de ne pas paraitre brusque et pressée. Alors seulement il sort un ensemble ficelé de lettres... Et l'écriture est celle de mère ! Saperlipopette !! Je prends les lettres et nous en ouvrons plusieurs. Je me sens telle une héroïne d'un livre de Jan Austen...

"Chers Honneycutt, Nous espérons que votre fille se porte bien et a succombé au charme de Paris. Je sais que nous sommes déjà en Décembre, mais le retour de notre cher Griffith, ne saurait tarder dans la propriété parisienne. Il est de retour depuis peu dans la maison familiale de Londres, nous essayons de ne pas le brusquer. Mais sachez que notre accord tient toujours. Si vous le souhaitez, nous pouvons programmer leur première rencontre à la réception en l'honneur de la nouvelle année, qui aura lieu dans le domaine des Handersen bien entendu. J'espère que votre fille aura les moyens de se fournir une robe de bal à la hauteur de cet évènement, et sans nul doute, Griffith sera d'un chaleureux accueil. Dès ce jour, j'offre le séjour à votre chère et tendre enfant dans la demeure Handersen, et prévoyant votre crainte, vous rassure : elle ne sera pas dans l'obligation de déplacer son atelier. Avec toute ma gratitude, Mrs Handersen"

Serait-ce un mariage arrangé dans notre dos ?! Je suis effarée et Griffith semble révolté... Un doute persiste mais si jamais mon frère épouse une femme sans même la connaitre, j'en serais outrée... Et mon coeur se serre à l'idée qu'il devra aller sur Paris, loin de Londres, de moi... Comment allons nous faire ? Depuis deux ans, chaque voyage nous le menons ensemble, à la découverte de nouvelles villes et régions. Paris est une jolie ville je le sais pour y être allée... Mais séparée de mon frère, je serais soumise à l'entière autorité parentale, sans échapatoire et il en sera fini de cette liberté acquise... Il m'avait promis...

4

Alors ? :D Pour ma part, je suis également très fière de cette seconde partie :) Avec ça on avance bien dans l'histoire ! J'espère que la mise en scène et les textes vous plairont à nouveau :D C'était un vrai plaisir à écrire et réaliser comme séance photo ! :D

Bises